Nombre total de pages vues

samedi 13 octobre 2018

Quand on le veut vraiment, cela se fera


Je viens de lire que Paul Cézanne (1839-1906) a dit un jour : « Avec une pomme, je veux étonner Paris !» et, avec le recul, il me semble qu’il y est et y était arrivé. 

Et, dernièrement, suite aux émissions sur Charles Aznavour (1924-2018), ce dernier a dit plusieurs fois : « Quand on veut, on peut. » répondant à des journalistes qui lui rappelaient qu’il avait mis longtemps avant d’être connu. 

Voilà une bonne leçon pour continuer ce blog que mes amis et moi avons un peu délaissé. Nous allons vous étonner !

D’ailleurs, en parlant d’étonner, je viens de terminer le T2 du Commandant Morgenspat : « Temps de Meurtres » du Tandem Littéraire Patrick et Vittorio. A chaud, comme ça, je dirai que c’est formidable. Il y a de l’humanité dans ce livre. C’est un polar mais, en mieux. J’ai beaucoup aimé et j’attends le T3 avec impacience. 

A suivre… 

Comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Dan et Dina,  Ecrire Pastel, Tandem Littéraire, Éric Valloni, et VittorioDenim ; sans oublier notre « Ateliers d’écritureS 68 ». Bonne lecture et, partagez. Faites-vous plaisir, partagez !

dimanche 22 juillet 2018

L'ancêtre du football


Peu de gens le savent mais, l’ancêtre du foot moderne s’appelait la « soule ».
Probablement, le nom a une racine commune avec les souliers (les chaussures). Et, comme il se joue avec les pieds, ça peut être possible. 

Le jeu de « balle à pied » actuel a dû attendre le 19ème siècle pour avoir des règles écrites ; 1848 exactement, par les anglais. Il n’y a que 17 lois du jeu. C’est un jeu simple. Il peut être compris par tous. Il n’empêche qu’on a besoin d’arbitre, plusieurs, et même de caméras ! L’Homme aime la complication et cherche toujours à resquiller.
La fédération anglaise date de 1863 et c’est donc l’Angleterre qui lui donne ses premières lettres de noblesse. C’est aussi pour ça qu’on dit « foutboll », parce que les règles écrites sont Anglaises. Alors qu’on dit handball, avec des « a », parce que la prononciation dérive de l’allemand. 

Quant à la soule, elle est originaire de Normandie et de Picardie. On en trouve des traces écrites dès 1066, soit il y a presque mille ans. Elle a un pic de popularité à la renaissance pour disparaitre aux alentours de la seconde guerre mondiale. Mais on jouait à la balle à pied même chez les Incas.
Comme quoi, comme l’a dit Antoine Lavoisier (1743/1794) : « Rien ne se crée ; rien ne se perd, tout se transforme ». 

Quand même, la preuve que ce jeu est une invention française et descend de la soule : tous les 2 ans « il me saoule » avec ces cons de supporters qui sont contents parce qu’ils ont gagné « RIEN » mais ont cassé beaucoup et devront payer des impôts supplémentaires pour réparer. Je crois qu’il y a du ménage à faire pour que ce jeu redevienne « fair play » car c’est un beau jeu, simple et convivial. Qui n'a pas joué au ballon étant enfant ?

Comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Ateliers d'écritureS, Dan et Dina, Dina de Dan,  Ecrire Pastel, Éric Valloni, Tandem Littéraire et VittorioDenim ; sans oublier notre « Ateliers d’écritureS 68 ». Bonne lecture et, partagez. Faites-vous plaisir, partagez !

samedi 14 juillet 2018

Les sélectionnés n'en sont pas revenus !


A l’heure où j’écris ce texte, je ne connais pas les résultats. Je ne sais même pas qui sera classé 4ème ou 3ème. Je ne sais pas qui remportera la coupe du mooonde de football ! Je les découvrirai quand vous lirez mes élucubrations. 

Oui, des élucubrations, des divagations personnelles, de l’humour pour amis, exactement ce que vous êtes en train de lire ! Vous ne pensez quand même pas que je vais écrire quelque chose de sérieux. 
Ce n’est que du foot, juste de quoi endormir le peuple, rien de plus ! 

Il y a deux ans, j’avais écrit un joli texte qui devait avoir pour titre : « Les joueurs de Didier : des chiants. » Texte qu’à l’époque je n’avais pas mis ; je l’avais remplacé par un autre qui s’adaptait mieux à la situation.
Mais, cette année, j’ai suivi la progression de l’équipe et des "aficionados de la mise à mort du ballon rond", j’ai nommé les supporters. (Je les comprends ! Moi aussi, je suis un supporter ; je suis fan des ateliers d'écritures 68). 
En bref, j’ai aimé ! Même sans Jacquet, j’ai aimé. Tout est allé crescendo, en progression. Aussi bien pour les joueurs que pour les supporters.  Même les journalistes, qui parfois savent être cons, y sont venus progressivement et sans trop de méchanceté. 

Le « Mundial » de cette année était une bonne cuvée. Il a rassemblé chaque pays derrière son équipe sans trop dénigrer les autres pays/équipe. Avouez que c’est exceptionnel ! Blancs, noirs, métisses, indéfinis ou manipulés, de souche ou par choix, tous étaient du pays de l’équipe : de l’équipe du pays où ils résidaient. Incroyable, non ? 

Voilà, c’est tout. Je tenais à le dire. Je tenais à le dire avant de connaitre les résultats. 

Dès la semaine prochaine, je vous parlerai des salaires exorbitants des joueurs qui, s’ils étaient payés normalement, pourraient rembourser la dette, avec le reste, en une seule fois ! Mais ça, c’est du patriotisme et ça ne pourrait se faire que si nos ministres, députés et sénateurs donnaient l’exemple. 

C’est quand même incroyable les rebondissements du ballon rond ; ça peut aller d’un score nul à nos reculs, de la popularité de la balle le 15 juillet aux bals populaires du 14 juillet, du brexitfoot aux fous du brexit, de l’état des stades aux estrades de l’état, etc. et, ça vous donne un but dans la vie ! 

Comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Ateliers d'écritureS, Dan et Dina, Dina de Dan,  Ecrire Pastel, Éric Valloni, et VittorioDenim ; sans oublier notre « Ateliers d’écritureS 68 ». Bonne lecture et, partagez. Faites-vous plaisir, partagez !

dimanche 8 juillet 2018

Présomption d'avenir


Ceci est un message d’espoir à l’intention de tous ceux qui doutent d’eux parce qu’ils ne se sentent pas considérés par les autres. 

Savez-vous que Dustin Hoffman et Gene Hackman avaient fréquenté la même école de théâtre, à Pasadena en Californie ? Là, les autres élèves les  avaient élus comme étant les plus mauvais comédiens, les moins doués et les moins prometteurs du cours.
C’est étonnant, n’est-ce pas ? Surtout quand on sait que, durant leur carrière, les deux acteurs ont été récompensés par deux « Oscar » chacun ! 

Et, c’est là que commence mon message. 

Il se peut que les deux acteurs fussent vraiment nuls en arrivant dans cette école et je ne doute même pas du jugement de leurs camarades de classe. Nous ne partons pas tous avec les mêmes bagages et l’on nous voit selon « nos habits » dus à notre milieu et culture. Mais, si déjà on fait l’effort de faire quelque chose, ça signifie que nous avons un talent, même si plus ou moins caché selon l’individu. 

Alors, qu’est-ce qui peut expliquer que ces deux acteurs aient réussi mieux que les autres de la même promotion ?
Réponse : le travail. Des heures et des heures de travail en plus par rapport aux autres. Pour être le meilleur, il faut s’entrainer. Il s’entourer des meilleurs, coach, professeurs, amis, exemples, etc. et travailler plus. 

Il est prouvé qu’avec ou sans talent, un individu sera « bon » au bout de 5.000 heures de travail. Ce n’est qu’au bout de 10.000 heures de travail que celui qui est talentueux se distinguera ; l’individu dépourvu de talent aura atteint son plafond et ne pourra plus progresser. Mais, s’il ne sera pas génial, il sera néanmoins bon, voire excellent, en tout cas meilleur que celui qui a du talent et ne le travaille pas ou peu. 

Conclusion : « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage » dit le proverbe. « Travaillez, donnez-vous de la peine » nous a rappelé Jean de la Fontaine.  «Je suis convaincu qu’au moins la moitié de ce qui sépare les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui ne réussissent pas est de la pure persévérance» a dit Steve Jobs. Donc, le secret de la réussite est : travailler, persévérer, s’appliquer et ne pas se laisser détourner de l’objectif qu’on s’est fixé. 

Tout le monde peut réussir… 5.000 heures… au moins. 

Comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Ateliers d'écritureS, Dan et Dina, dinadedan,  EcrirePastel, EricValloni, gravillons, et VittorioDenim Bonne lecture et, partagez.

dimanche 1 juillet 2018

Traité, retraité, maltraité, écarté, brusqué


Après la traite des vaches à lait, la retraite des vieux !

Je viens de voir un dessin de Philippe Gelluk qui montre son chat, évidemment, mais qui dit : « Une institutrice qui prend sa retraite au mois de juin ne s’en rend compte qu’en septembre. »  

Je vous en parle car j’ai bien ri ; je suis d’un naturel joyeux et préfère rire de tout. 
Je crois que rien n’est important sinon la vie ou la mort. C’est-à-dire l’entrée et la sortie ; le reste n’est que meubles ou bibelots ! 

Mais, puisque je suis entré, en attendant la sortie, je ne vais pas non plus me laisser agencer mon appartement par des gens qui ne savent même pas agencer le leur ! Il n’y a qu’à voir leurs choix ! 

Et, j’aimerais leur dire, vous dire : « N’oublie pas qu’un jour tu seras vieux, vous aussi serez vieux. »(Non, je n'ai pas fait de faute d'orthographe ; 1x je m'adresse à celui qui veut agencer mon appart et 1x je m'adresse à ceux qui laissent faire en pensant que : "Cela... ne nous... regarde pas !")

Alors, quelles fustigations vous préparez-vous pour votre retraite ? 
Vous avez passé votre vie à payer pour les anciens, pour les jeunes, pour les chômeurs, pour les dirigeants, pour les dirigeants (oui, vu leurs émoluments par rapport à des productifs, je dois le répéter plusieurs fois) et vous avez même payé pour vous !  Mais, je ne crois pas qu’on vous le rendra un jour, en tout cas, pas selon ce que vous avez donné (pardon, participé) ni selon votre mérite. 

Après-tout, comme on fait son lit on se couche et, à mon avis, vous êtes en train de vous supprimer même le lit ! 

Bah, voyez les choses du bon côté. Vous n’aurez plus besoin de le refaire, le lit, puisque vous dormirez par terre ! Et puis, comme m’a souvent dit mon ami D.Paul qui était retraité avant moi : « Les vieux, il faudrait les supprimer à la naissance ! » 

Oui, je préfère en rire… pour ne pas en pleurer car je vous vois rater votre sortie… en tout cas de la brader.  

Bien, vous avez aimé, lisez aussi le blog de mes amis : avidoxe, dinadedan,  EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons, et VittorioDenim et, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux. Bonne lecture.